Des heures de vérité : l'assurance sans l'île ? Europe 2020

Rubrique: Économie Auteur: Cabinet FACT
Février 2020

Une conséquence indirecte du Brexit est le bouleversement du marché de l'assurance en Europe continentale. Une " solution de rechange " (assurance via des tiers fournisseurs du secteur de la common law) ne sera plus possible.  D'importants volumes de primes se redistribuent et recherchent des assureurs solvables.

Sans revenus financiers, tous les assureurs devront s'engager dans une souscription intelligente et générer des revenus techniques - c'est-à-dire plus de primes que de sinistres. Pour les assurés, cela signifie qu'ils sont assurés plus solvables, mais à un prix plus élevé.

D'autre part, ces assureurs sont devenus plus sélectifs, ce qui renforce les normes de prévention des pertes et invite les entreprises à investir davantage dans la gestion des risques.

On peut citer comme exemple les «  risques Construction", c'est-à-dire les risques décentralisés au sens français du terme, où l'on se concentre sur quelques acteurs bien financés. La Cashflow underwriting n'a plus sa place ici, et les clients doivent se préparer à une augmentation des coûts.

Le secteur du "recyclage" est également touché par une sélection stricte des risques, mais paradoxalement, les réassureurs y font leur place, qu'il s'agisse d'une recherche plus transparente des risques ou d'une réduction des coûts d'acquisition.

En bref : les "capacités innocentes", soit la souscription des risques sans connaissance profonde, sont en forte baisse, mais la souscription transfrontalière des risques n'est pas encore en vue.

Sur ce marché européen, centré sur l'Allemagne et la France, le Cabinet FACT considère que son rôle est avant tout de trouver les partenaires les plus adaptés à ses clients, en collaboration avec l'intermédiaire de la société mère.

Ensemble, nous entreprenons des recherches et des analyses de risques détaillées, car celles-ci peuvent être compliquées et les grands risques doivent rester suffisamment assurés. Dans la perspective de la renationalisation des marchés qui s'annonce, il s'agit d'un défi majeur. Mais nous sommes heureux de le relever.

Parce qu'il n'y a pas d'alternative à une Europe vigoureuse !