Crise sanitaire : comment l’Allemagne et la France soutiennent leurs entreprises

Rubrique : Économie Auteur : Jitka MENCL-GOUDIER
Juin 2020

L’Allemagne et la France ont mis en place des aides d’urgence pour soutenir la trésorerie et assouplir le recours au chômage partiel de leurs entreprises pendant la crise sanitaire. Il s’agit surtout d’endiguer au maximum les faillites. Un récent article du magazine Option Finance, destiné aux professionnels de la Finance, compare les mesures et les aides des deux pays.

Au niveau des aides directes à la trésorerie des entreprises, l’Allemagne se montre la plus généreuse avec une enveloppe de 1 200 milliards d’euros pour sauver ses entreprises. Ce plan de soutien comprend principalement des garanties de prêts bancaires. En France, le budget pour les mois de mars et d’avril s’élève à 410 milliards d’euros. Il inclut les 300 milliards d’euros pour les prêts garantis d’État.

Charges sociales et fiscales reportées

Outre-Rhin, les entreprises ont obtenu des délais de paiement des échéances fiscales et des charges sociales pouvant aller jusqu’à trois mois. Leurs homologues françaises peuvent également demander un délai de paiement jusqu’à trois mois pour les cotisations salariales et patronales, ainsi que pour leurs charges fiscales. Mais, contrairement à l’Allemagne, le paiement de la TVA reste dû en France.

La France comme l’Allemagne ont également décidé de mettre l’accent sur les aides aux TPE-PME. L’État fédéral allemand a octroyé une subvention unique et non remboursable d’un montant de 9 000 euros pour les entreprises de moins de 5 salariés et de 15 000 euros pour celles de moins de 10 salariés. Toutefois, seules les entreprises qui ne connaissaient pas de difficultés financières au 31 décembre 2019 peuvent prétendre à ce soutien financier.

En France, les entreprises peuvent également obtenir un montant forfaitaire non remboursable de 1 500 euros. Cette aide est complétée individuellement par les régions jusqu’à 5 000 euros supplémentaires. Seules les entreprises de moins de 10 salariés, dont le chiffre d’affaires annuel est inférieur au million d’euros et dont les pertes représentent 50 % de leur chiffre d’affaires sur les 12 derniers mois, peuvent en bénéficier.

Chômage partiel pour sauver les économies en Allemagne et en France

Les deux pays ont également décidé de recourir massivement au chômage partiel pour sauver leurs économies respectives. Avant la pandémie du Coronavirus, si une entreprise allemande souhaitait recourir à ce dispositif, 30 % de ses effectifs devaient être impactés par une baisse d’activité. Aujourd’hui, il suffit de 10 % de la masse salariale.

L’allocation chômage reçue par un salarié français est plus importante que celle perçue par un Allemand. Le salarié français touche 84 % de son salaire net mensuel (ou 100 % s’il est au SMIC) contre 60 % à 67 % (en cas d’enfants) pour le salarié allemand. La perte de rémunération est conséquente en Allemagne, d’autant que le montant de l’indemnité de chômage partiel est également plafonné à 2 891,65 euros. Une particularité allemande qui n’existe pas en France. 

Lien article Option Finance :

https://www.optionfinance.fr/entreprises-finance/financement-des-entreprises-et-tresorerie/comment-lallemagne-et-la-france-soutiennent-leurs-entreprises.html

 

© shutterstock.com