La Bavière, une région dynamique avec de puissantes entreprises de taille moyenne

Rubrique : Économie Auteur : Jitka MENCL-GOUDIER

La Bavière, située au sud-est de l’Allemagne, compte 13,1 millions d’habitants sur plus de 70 500 kilomètres carrés. C’est le plus vaste des seize états allemands. De 2000 à 2018, cette puissante région économique a connu une croissance de son produit intérieur brut réel de 38,7%. La Bavière est le moteur de croissance de l’Allemagne.

La Bavière se caractérise par son tissu économique hétéroclite, composé d’entreprises mondiales, d’entreprises de taille moyennes parmi leaders mondiaux et d’un large éventail de PME performantes. La plus importante région économique est l’agglomération de Munich avec son industrie automobile (BMW, Audi, MAN), son secteur informatique (Siemens, Infineon, Microsoft), ses médias et ses maisons d’édition (ProSiebenSat.1 Media, Vodafone, Hubert Burda Media), son industrie de l’armement (Airbus, Krauss-Maffei) et son secteur touristique (Fête de la bière, congrès, salons).

De puissantes entreprises de taille moyenne emploient quatre millions de salariés

Avec un peu moins de 600 000 entreprises, quatre millions d’emplois et plus de 190 000 postes d’apprentissage, les entreprises bavaroises de taille moyenne sont à la fois puissantes et dynamiques. Plus de cinquante organisations économiques, placées sous la direction du ministère des affaires économiques de Bavière, renforcent cet état libre dans sa position de numéro 1 en Allemagne. L’industrie est le moteur du développement économique en Bavière. Plus d’un quart de la création de valeur brute provient des 7 000 entreprises de l’industrie manufacturière, employant 1,3 millions de personnes.

Une forte dépendance de l’industrie automobile

L’industrie automobile bavaroise compte 208 000 employés et réalise 106 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel. En Bavière, un emploi sur quinze dépend du secteur automobile. Mais il se trouve face à une profonde mutation. D’après un sondage conjoncturel de la Chambre de commerce et de l’industrie régionale, la croissance ralentie de l’économie mondiale, les foyers d’incertitude politique, le conflit douanier entre les Etats-Unis et la Chine, le Brexit ou encore les risques inhérents à l’industrie automobile ont un impact négatif sur le secteur. Le manque de personnel qualifié a également une mauvaise influence sur le développement économique. De nouvelles opportunités de croissance se dessinent maintenant dans les domaines du numérique et de l’intelligence artificielle.

Les exportations reculent, les importations augmentent

Pour la première fois depuis de nombreuses années, l’économie bavaroise connaît un léger recul de ses exportations. En 2018, les entreprises bavaroises ont exporté 190,6 milliards d’euros de biens, soit 0,1 % de moins que l’année précédente. Avec 56,4 % des exportations, les états membres de la Communauté Européenne ont constitué la cible majeure de la région. Les principaux marchés uniques sont les Etats-Unis et la Chine. La Bavière atteint ses parts d’exportations les plus élevées avec l’automobile (30%), les biens électrotechniques (18%) et les machines (18%).

Quant aux importations, elles ont augmenté de 3,6% (185,9 milliards d’euros), ce qui est le plus haut montant jamais atteint en Bavière. La région tire 62,2% de ses importations des pays de l’Union Européenne. Les biens d’importations les plus importants sont les biens électrotechniques (23%) et les véhicules (16%).

Le commerce extérieur avec la France : les véhicules et les machines en tête pour les imports et les exports

Après les Etats-Unis, la Chine et l’Autriche, la France se situe à la quatrième place des pays acheteurs en Bavière avec des exportations de 13,4 milliards d’euros. En ce qui concerne les pays fournisseurs, la France occupe le neuvième rang avec 8,6 milliards d’euros.

En 2018, les véhicules, les machines et les biens électrotechniques ont été les biens d’exportation les plus importants pour la Bavière.

© shutterstock.com