2021 : vers davantage de durabilité en France et en Allemagne

Rubrique : Économie Auteur : Jitka MENCL-GOUDIER
Mars 2021

En juillet 2020, les membres de l’Union européenne ont adopté un programme global pour relancer l’économie. Les principaux piliers de ce plan de développement sont la transition vers une économie verte et la durabilité, assortis d’une obligation de neutralité climatique d’ici 2050.

Quelles mesures entrent en vigueur dès 2021 en France, en Allemagne et au sein de l’UE pour accélérer la durabilité et pour réduire les émissions de CO2 ? Aperçu des trois mesures les plus importantes.

Interdiction des produits en plastique à usage unique

À partir du 3 juillet 2021, certains produits en plastique à usage unique (cotons tiges, couverts, assiettes, pailles et touillettes) ne seront plus autorisés à la vente dans l’ensemble de l’UE.

Nouvelles directives pour les fonds d’investissement

L’UE veut également impliquer davantage le secteur de la Finance pour entamer la transition vers une ère plus durable. Ainsi, une part plus importante des budgets doit être allouée à des projets durables et aux crédits pour accompagner les entreprises vers la durabilité. De plus, les informations concernant la durabilité dans les prospectus des fonds d’investissement deviendront obligatoires suite à l’entrée en vigueur du « règlement de transparence » de l’UE le 10 mars 2021.

Une baisse radicale des émissions de gaz à effet de serre dans le secteur du transport

Pour atteindre l’objectif de neutralité climatique, le secteur du transport doit également apporter sa contribution. Dans le cadre d’une nécessaire mutation du secteur, les émissions de gaz à effet de serre devront être réduites de 90 % en Allemagne d’ici 2050. La France souhaite, quant à elle, atteindre la neutralité climatique d’ici 2050.

En Allemagne, une tarification des émissions de CO2 a été introduite pour la première fois en janvier 2021 dans les domaines de l’énergie thermique et du transport. Le prix d’une tonne de CO2 a pour le moment été fixé à 25 euros pour le fioul, le gaz naturel, l’essence et le gasoil. Le prix doit toutefois grimper à 55 euros d’ici 2025. Cela représente une augmentation de sept centimes d’euros par litre d’essence et huit centimes par litre de gasoil. Quelques états de l’UE ont des taxes comparables, notamment la France.

© shutterstock.com